Les coachs sont ils tous des gourous manipulateurs ?

Par 22 novembre 2018 Management

A en croire l’émission « Secrets d’info » diffusée samedi dernier sur une radio nationale, le coaching est une activité principalement exercée par des personnes non ou mal formées, par des organismes dont les certifications ne sont soit pas reconnues par l’État soit l’effet d’un entre-soi dénué de toute déontologie.

La carte n’est pas le territoire

Les coachsLes coachs dépeints étaient des gourous manipulateurs, faisant l’objet de signalements réguliers auprès de la Miviludes. Ah si, une phrase en guise de conclusion venant tempérer le propos du reportage sur le mode : « Ah, au fait, y’en a aussi des biens… (blanc) »

Ah bon ? Qui ? Quoi ? Où ? Comment les reconnaitre ? Réponse (peut-être) dans un prochain reportage.

Il faut admettre que le contenu était au moins en lien avec l’intitulé du reportage « les dérives du coaching ». Comment permettre aux auditeurs d’avoir une vision plus objective d’une situation quand les informations qui ont été exprimées étaient pour nombre d’entre elles, non ou mal documentées, voir mensongères ? Comment nourrir avec sérieux leur esprit critique et faire confiance à leur intelligence (un des présupposés en coaching) ?

Cette émission aura eu au moins un grand mérite : parler de notre métier !

Coach : (vraie) profession en voie de développement ?

Oui, le métier de coach est un jeune métier. Oui, il porte en lui de forts enjeux de professionnalisation, tant sur le plan de la formation que sur celui des pratiques. Oui, certaines personnes aux intentions et/ou influences douteuses utilisent les zones d’incertitudes existantes chères à Michel Crozier, comme autant d’espace de pouvoir et de manipulation potentielle.

Mais le métier de coach aujourd’hui se structure et se professionnalise. Il existe aujourd’hui une quinzaine d’écoles de coaching qui délivrent des formations de coach professionnel reconnues par l’État et inscrites au registre national des certifications professionnelles, le RNCP. Il est aussi possible de se former par la voie universitaire.

La reconnaissance par l’État de la formation de coach professionnel individuel et d’équipe que j’ai suivie a été pour moi mon principal critère de choix. J’y voyais un gage de la qualité du contenu pédagogique délivré. J’y ai trouvé en plus une équipe de formateurs engagés, tous coachs professionnels en exercice, intransigeants sur l’impérieuse nécessité de comprendre et d’adopter une posture éthique s’interdisant toute manipulation et tout abus d’influence vis à vis des clients. Une équipe qui se bat au quotidien pour la reconnaissance de ce métier dont le seul objectif est d’accompagner et permettre une transformation positive par et pour celles et ceux qui en bénéficient. Une équipe à l’origine de la reconnaissance et de l’inscription de la formation de coach professionnel au RNCP.

Le client qui fait ou souhaite faire appel à un coach aujourd’hui a donc la possibilité de vérifier le niveau de compétence ainsi que la posture du professionnel. La validation de son titre de coach professionnel inscrit au registre national des certifications professionnelles doit devenir à ce titre un standard selon moi.

Il existe aujourd’hui trois fédérations : la SF coach, l’EMCC et l’ICF. Il existe aussi un syndicat professionnel représentatif : le Syndicat Français des Acteurs Professionnels du Coaching (SFAPEC).

SFAPECLe SFAPEC regroupe deux collèges :

  1. Les écoles délivrant une formation de coachs professionnels dont la certification est inscrite au RNCP ou en cours de validation,
  2. Les coachs professionnels, tous certifiés (RNCP).

N’hésitez pas à prendre contact avec ce syndicat si souhaitez échanger avec ses membres, confronter vos pratiques, faire avancer le métier de coach, que vous utilisiez le coaching en tant que professionnel ou utilisateur. Le syndicat est là pour vous accompagner et répondre à vos interrogations.

Faire des contraintes des opportunités !

Alors oui, le métier de coach porte aussi en lui les imperfections de sa jeunesse, mais il se structure et s’organise sans relâche grâce à ses acteurs et ses promoteurs les plus nobles. Mettre en avant des dérives insupportables est sans aucun doute nécessaire. Mais l’ombre n’existe que parce qu’il y a de la lumière.

Il est donc indispensable que nous défendions avec éthique et engagement le chemin parcouru par le coaching en moins de 50 ans, les bénéfices de cette activité ou encore la façon d’identifier des acteurs formés et professionnels.

Mathieu Mazérat – Coach professionnel certifié RNCP I – Membre du SFAPEC